Headlines:

The Canadian Jeiwsh News

Thursday, April 24, 2014

Member Login:

L’Enseignement supérieur à l’Alliance Israélite

Tags: Campus Israel
Comments
Gérard Rabinovitch

Philosophe et sociologue réputé, chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique de France (C.N.R.S.) et chercheur associé au Centre de Recherche “Psychanalyse, Médecine et Société” de l’Université Paris VII-Denis Diderot, Gérard Rabinovitch assume aussi la fonction de Directeur des Enseignements universitaires à l’Alliance Israélite Universelle (A.I.U.).

Ce brillant intellectuel et cher­cheur, auteur de nombreux essais, dont plusieurs consacrés à l’humour juif, a été le principal concepteur d’un ambitieux Projet éducatif mis en branle l’année dernière par l’A.I.U., la création de l’Institut européen Emmanuel Levinas.

L’un des principaux objectifs de ce nouvel Établissement d’Enseignement supérieur est d’établir des Partenariats académiques avec des Universités. L’Institut européen Emmanuel Levinas souhaite aussi instaurer une coopération étroite avec des Universités québécoises.

Gérard Rabinovitch nous a accordé une entrevue lors de son récent passage à Montréal.

Canadian Jewish News: Présentez-nous l’Institut européen Emmanuel Levinas de l’A.I.U.

Gérard Rabinovitch: L’A.I.U. sou­haitait depuis longtemps créer un Établissement d’Enseignement supé­rieur. Ce voeu s’est concrétisé au début 2012 avec l’ouverture de l’Institut européen Emmanuel Levinas. Cette Institution académique a été établie dans le nouveau Bâtiment moderne de sept étages qui abrite l’A.I.U., dénommé Centre Alliance Edmond J. Safra, localisé dans le XVIème Arrondissement de Paris. Le Centre Alliance Edmond J. Safra regroupe aussi une École élémentaire trilingue, deux Beth Hamidrash, un Auditorium de trois cents places, où ont lieu des activités culturelles et des Offices religieux, une Médiathèque et un lounge-cafétéria sis dans une spacieuse terrasse. Le nouvel Institut d’Enseignement supérieur de l’A.I.U. porte le nom d’une illustre figure de la pensée juive et philosophique, feu le philosophe Emmanuel Levinas. Les liens qui unissaient Emmanuel Levinas à l’A.I.U. étaient très étroits. Ce dernier a dirigé pendant trente-cinq ans l’École Normale Israélite Orientale (E.N.I.O.) de l’A.I.U.

C.J.N.: Quels sont les principaux objectifs pédagogiques de l’Institut européen Emmanuel Levinas?

Gérard Rabinovitch: Le nouveau Président de l’A.I.U., Marc Eisenberg, m’a confié la mission de mettre en chantier ce nouveau Projet éducatif et de baliser les grandes lignes des Programmes pédagogiques qui seront offerts par l’Institut européen Emmanuel Levinas.

Tout d’abord, il me semblait qu’il y avait un grand manque au niveau de ce que j’appelle les “Humanités juives”. Depuis sa fondation en 1860, l’A.I.U. a toujours été un lieu d’accueil, de réception et de promotion d’une transdisciplinarité qui a comme coupole les “Humanités juives”, c’est-à-dire: la Philosophie, l’Histoire, la Littérature, les Langues, l’Herméneutique, la Philologie, les Arts… juifs.

Deuxième grande priorité: établir des Partenariats aca­dé­miques avec des Universités afin que des étudiants dans différents domaines -Sciences, Médecine, Éco­no­mie, Administration des Affaires…- puissent suivre les cours d’“Humanités juives” proposés par l’Institut européen Emmanuel Levinas. Ils pourront faire valider ces cours dans leur Cursus universitaire.

L’un des principaux objectifs de l’Institut européen Emmanuel Levinas est d’offrir à un jeune public universitaire des Programmes d’enseignement supérieur qui mettent l’accent sur les contributions du Judaïsme aux questions éthiques contemporaines, dans l’es­prit de la Philosophie éducative que l’A.I.U. et ses Écoles ont toujours prônée.

C.J.N.: L’Institut européen Emmanuel Levinas a-t-il conclu des Partenariats académiques avec des Universités?

Gérard Rabinovitch: En France, nous avons signé des Accords de Partenariats avec l’Université Paris-VII Denis Diderot -une Institution universitaire qui compte 26000 étudiants et offre un environnement scientifique, intellectuel et culturel exceptionnel- et l’Université de Nice Sophia Antipolis. Ces deux Partenariats ont donné lieu à la création d’un Diplôme universitaire (D.U.) et d’Unités d’Enseignement libre (U.E.L.) portant sur des Enseignements et des validations aca­dé­miques regroupés sous le titre générique “Humanités juives”. L’Institut européen Emmanuel Levinas offre, en Partenariat avec l’Université Paris VII

Denis Diderot, un Diplôme universitaire intitulé “Éthique de la responsabilité”. En Partenariat avec l’Université de Nice Sophia Antipolis, l’Institut européen Emmanuel Levinas propose aussi un Diplôme universitaire de Langue et de Civilisation hébraïques.

En Israël, nous avons établi un Partenariat académique avec le Campus francophone du Netanya Academy College pour créer une Unité d’Enseignement libre (U.E.L.) en “Humanités juives” et organiser un Cycle de conférences sur le thème “Dérives et Repères”. Nous venons aussi de sceller un premier Partenariat avec l’Aca­dé­mie des Sciences de Pologne et le Centre de Civilisation française de l’Uni­ver­sité de Varsovie pour offrir, durant un an, un Séminaire sur la pensée d’Emmanuel Levinas. Notre objectif est de développer progressivement, étape par étape, un Programme d’Étude et un Cursus académique complet.

C.J.N.: L’Institut européen Emmanuel Levinas envisage-t-il d’établir des ententes avec des Universités du Québec?

Gérard Rabinovitch: Oui. J’ai rencontré, avec Philippe Elharrar, Directeur général des Amis Canadiens de l’A.I.U., des hauts responsables de l’Université de Montréal pour explo­rer la posibilité d’instaurer dans un futur proche une coopération aca­dé­mique entre l’Institut européen Emmanuel Levinas et cette Institution universitaire francophone québécoise. Mes premiers contacts avec mes interlocuteurs de l’Université de Montréal ont été chaleureux et fort réceptifs. Nous avons convenu de bâtir un Programme d’“Humanités juives”. Mais, avant que ce Programme ne soit instauré, il faudra préalablement qu’il soit validé et avalisé par les instances académiques de l’Université de Montréal. Ce serait un Programme académique transfacultés qui pourrait offrir simultanément -je le dis bien sûr au conditionnel-, dans le créneau des “Humanités juives”, des cours de Philosophie, de Droit, d’Histoire, de Littérature, d’Art… juifs. À partir de ces cours-là, on pourrait concocter un micro-Programme destiné aux étudiants des différents Départements et Facultés de l’Université de Montréal qui souhaitent suivre des cours dans notre Programme d’“Humanités juives”. Ces cours leur seraient cré­dités dans leur Diplôme universitaire.

C.J.N.: Si votre Projet de Partenariat avec l’Université de Montréal se concrétise prochainement, qui assurera les Enseignements dans ce nouveau Programme académique?

Gérard Rabinovitch: D’abord, nous ferons appel à des ressources locales, c’est-à-dire à des professeurs mont­réa­lais et québécois ayant les compétences requises pour enseigner les cours qui seront offerts dans ce Programme d’“Humanités juives”. Si le nombre de personnes ressources locales disponibles est très limité, nous essayerons alors d’obtenir les budgets nécessaires pour faire venir des professeurs invités de France ou d’Israël. Troisième possibilité: donner des cours aux étudiants mont­réa­lais via notre système de vidéo-con­fé­rences depuis l’Institut européen Emmanuel Levinas.

C.J.N.: L’A.I.U. élargit donc ses horizons éducatifs ?

Gérard Rabinovitch: L’A.I.U. a à son actif 150 ans de Programmes et de Projets éducatifs. Depuis son arrivée à la Présidence de l’A.I.U., Marc Eisenberg s’est fixé un objectif de taille: renforcer et élargir le Patrimoine éducatif de l’A.I.U. en Europe, en Israël et en Amérique du Nord en repensant et en haussant la qualité des Enseignements juifs et séculiers offerts. L’A.I.U. s’est toujours notoirement distinguée par la grande qualité de son En­seigne­ment pédagogique. L’Enseignement supérieur, qui sera dispensé dorénavant par l’Institut européen Em­ma­nuel Levinas, est un grand atout qui s’inscrit pleinement dans la Mission éducative de l’A.I.U. En effet, l’Éducation prodiguée par l’A.I.U. s’est toujours située entre l’École laïque et l’École religieuse. L’Institut européen Emmanuel Levinas se situe aussi entre le positivisme universitaire et le monde de la Yéchiva.

Pendant longtemps, la singularité de l’A.I.U. a été d’être francophone. Mais, aujourd’hui, le Projet éducatif de l’A.I.U. n’est plus exclusivement d’être francophone, mais d’être un vrai Projet éducatif juif, y compris en Israël, où les Écoles de l’A.I.U. vont se positionner davantage entre les deux systèmes scolaires israéliens, un système scolaire très laïc et un système scolaire orthodoxe.

In an interview when he was in Montreal, Gérard Rabinovitch, director of university education for the Alliance Israélite Universelle, talks about partnerships with post-secondary institutions, possibly including some in Quebec.

© 2014 - CJNEWS.COM, all rights reserved.