Headlines:

The Canadian Jeiwsh News

Friday, September 19, 2014

Member Login:

Montréal-Beer Sheva un Partenariat fructueux

Tags: Campus
Comments
Ran Sabag (à gauche), étudiant à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva, et Elya Chalom, étudiant à l’Université de Mont­réal, se sont connus dans le cadre du Programme “Kéfiada” organisé durant l’été par la FÉDÉRATION CJA de Montréal à Beer Sheva.

Ran Sabag, 21 ans, étudiant en Sociologie et Anthropologie à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva, et Elya Chalom, 22 ans, finissant en Économie à l’Université de Montréal, se sont connus en 2009 dans le cadre de Kéfiada, un Programme communautaire initié et parrainé par la FÉDÉRATION CJA de Montréal dans lequel des jeunes Montréalais et Israéliens font, pendant trois semaines, du bénévolat dans un Camp de jour pour enfants et auprès  d’Institutions sociales de Beer Sheva.

Depuis, Ran Sabag et Elya Chalom sont devenus de proches amis. Ils se revoient, au moins une fois par année, à Beer Sheva ou à Montréal.

“Le Programme Kéfiada a permis à de nombreux jeunes Juifs Mont­réa­lais et Israéliens de nouer des liens d’amitié étroits. La FÉDÉRATION CJA a forgé un Partenariat exceptionnel avec la ville de Beer Sheva et ses habitants. Grâce à sa grande générosité et à son appui indéfectible à la population de Beer Sheva, la Communauté juive de Montréal a grandement contribué à l’essor socioéconomique que cette ville du Néguev a connu ces der­nières années”, rappelle Ran Sabag attablé auprès de son ami Elya Chalom dans un Café de la Rue Queen Mary de Montréal.

“Le logo de la FÉDÉRATION CJA de Montréal est très visible sur les façades de plusieurs Institutions sociales, éducatives et communautaires de Beer Sheva, ajoute Elya Chalom. La Communauté juive de Mont­réal et la ville de Beer Sheva ont bâti au fil des années un Partenariat exemplaire, qui est devenu un modèle de ré­fé­rence pour les autres Communautés juives de la Diaspora.”

Il y a deux ans, Ran Sabag et quelques amis, qui ont participé aussi au Programme Kéfiada, ont créé le Programme Mashav, dont l’acronyme en hébreu est Mem -Leadership-, Shin -Changement- et Beth -à Beer Sheva-.

Mashav est un Programme social dont le principal objectif est d’aider la Communauté de Beer Sheva à améliorer la situation socio­éco­no­mique de cette cité du Sud d’Israël qui compte quelque 200000 habitants.

90% des membres béné­voles impliqués dans le Programme Mashav sont des étudiants. Un groupe de jeunes âgés de 16 à 18 ans, qui suivent actuellement le Programme Aharai -“Suis-moi”-, institué par Tsahal pour préparer les jeunes adolescents Israéliens à leur Service militaire, s’est joint aussi à Mashav.

“Un des buts du Programme Mashav est de changer la mentalité de la population de Beer Sheva en

 

Suite à la page 17

 

Suite de la page 16

 

sensibilisant celle-ci aux grands défis sociaux, économiques, envi­ronne­men­taux… auxquels cette ville est aujourd’hui confrontée”, précise Ran Sabag.Les bénévoles du Programme Mashav aident la Communauté de Beer Sheva à plusieurs niveaux: en distribuant des paniers d’aliments aux familles nécessiteuses; en visitant des personnes âgées non autonomes physiquement; en encourageant les citoyens de Beer Sheva à être plus respectueux de l’environnement; en organisant des activités socio-récréatives dans un Centre d’intégration pour les Juifs Éthiopiens; en faisant du bénévolat dans des écoles lo­ca­li­sées dans des quartiers défavorisés…

Ces dernières semaines, les béné­voles de Mashav se sont attelés à remettre en bon état les abris souterrains de la ville. Ils ont nettoyé, repeint et réaménagé l’intérieur de ces abris dans lesquels se cloîtrent les habitants de Beer Sheva chaque fois qu’ils sont la cible d’attaques de roquettes lan­cées par des terroristes du Hamas depuis Gaza.

“À une époque ardue où le gouvernement israélien est enclin à ré­duire drastiquement l’aide publique allouée aux villes de développement du Sud du pays, un Programme comme Mashav joue un rôle social important: inciter les habitants de Beer Sheva, particulièrement les jeunes, à s’engager civiquement pour empêcher que leur ville ne périclite socioéconomiquement. Les résultats que nous avons obtenus jusqu’ici sont fort encourageants. Beaucoup de citoyens de Beer Sheva ont été très réceptifs au message véhiculé par Mashav”, dit Ran Sabag.

Elya Chalom et Ran Sabag espèrent que “les liens vigoureux qui unissent depuis plusieurs années la Communauté juive de Montréal à Beer Sheva” continueront à encourager des jeunes de Montréal et de cette ville du Néguev à mettre en branle de nouveaux Projets communs.

“Le potentiel des futurs Projets de coopération entre la Communauté juive de Montréal et Beer Sheva est énorme. Le remarquable Projet Kéfiada de la FÉDÉRATION CJA est un exemple concret d’un Partenariat fructueux par le biais duquel des jeunes Juifs de Montréal et de Beersheva ont eu l’opportunité de vivre ensemble une expérience communautaire extraordinaire et de développer des liens d’amitié coriaces”, dit Elya Chalom.

Pour Ran Sabag, le “Partnership Montréal-Beer Sheva” est “fondamental”, surtout à un moment char­nière de l’histoire de cette ville du Neguev aux prises avec défis sociaux et éco­no­miques de plus en plus grands.

Né à Beer Sheva d’un père natif de Tunisie et d’une mère Sabra d’origine libyenne, Ran Sabag envisage l’avenir d’Israël avec “un optimisme empreint d’une grande lucidité”.

“Être Israélien, c’est mener un combat sans relâche. Israël est assailli quotidiennement de graves me­naces, dit-il. La bombe nucléaire iranienne est indéniablement l’une de ces grandes menaces qui pèsent aujourd’hui sur le peuple d’Israël. Mais, parallèlement, les problèmes sociaux préoccupent aussi beaucoup les Israéliens. Le mouvement de contestation sociale qui révulse Israël depuis plus d’un an est certainement un phénomène très salutaire qui a réveillé chez les jeunes Israéliens une conscience sociale inexistante jusque-là. Avant l’émergence de cette vague de protestation sociale, rares étaient les jeunes qui s’offusquaient lorsque les prix des aliments de base augmentaient en une année de 10% ou 15% ou lorsque les loyers subissaient une hausse annuelle de 20%.  Environ 70% des membres de ce mouvement social sont des jeunes. C’est certainement une première dans l’histoire sociale d’Israël.”

 

In an interview in Montreal, students Ran Sabag of Be’er Sheva and Montrealer Elya Chalom talk about Mashav, a social program for young people in Be’er Sheva sponsored by Federation CJA.

© 2014 - CJNEWS.COM, all rights reserved.