Home Other Communities En Français “Le Maître du Talmud” d’Éliette Abécassis

“Le Maître du Talmud” d’Éliette Abécassis

2510
0
SHARE
Éliette Abécassis.(Albin Michel Photo)

La romancière Éliette Abécassis est de retour avec un thriller policier, historique et religieux fascinant, Le Maître du Talmud (Éditions Albin Michel, 2018).

Le récit de cette fresque passionnante se déroule à Paris, au XIIe siècle, dans une France broyée par l’obscurantisme religieux et un antijudaïsme maladif.

Éliette Abécassis nous fait revivre l’une des plus grandes controverses théologiques du Moyen Âge: la disputation de Paris, en 1240, devant le roi Saint Louis, entre Nicolas Donin, Juif converti au christianisme et banni de sa communauté d’origine, et son ancien professeur de Talmud, le grand Rav Yéhiel, chef de la Yéchiva de Paris.

L’enjeu de cette querelle théologique: la survie de la communauté juive de France.

Ce thriller enlevant est aussi une puissante réflexion sur les ravages causés par le fanatisme religieux et la haine de l’Autre dans une société désarçonnée en quête permanente d’un bouc émissaire. Un thème toujours d’une brûlante actualité.

Le Maître du Talmud est un roman envoûtant idéal pour tous ceux qui aiment les grands récits historiques et policiers que l’on ne parvient pas à lâcher une fois la lecture entamée.

Éliette Abécassis nous a accordé une entrevue depuis Paris.

Dans votre roman, vous relatez un épisode peu connu de l’histoire des Juifs de France: la disputation relative au Talmud à Paris au Moyen Âge.

En 2015, j’ai écrit Aliya, un livre sur le malaise des Juifs en France. Pour écrire ce livre, je me suis beaucoup documentée sur l’histoire des Juifs de France. J’ai alors appris que depuis le début du XIIe siècle les Juifs ont été expulsés douze fois de France. Des bannissements récurrents. C’est un épisode oublié de l’histoire des Juifs de France alors qu’on parle toujours beaucoup de l’expulsion des Juifs d’Espagne, en 1492, par les rois catholiques. Il faut rappeler que les Juifs ont un rapport particulier avec la France parce qu’ils sont établis dans ce pays depuis des lustres. Au cours de mes recherches, je suis tombée sur une controverse relative au Talmud qui a eu lieu à Paris, en 1240, qui m’a passionnée. Cette querelle théologique virulente a opposé Nicolas Donin, converti et apostat, excommunié de la communauté juive, à son ex-maître de Talmud, le Rav Yéhiel. Nicolas Donin s’est vengé en écrivant une lettre au pape pour qu’il organise cette controverse afin de brûler le Talmud sur la place publique. Une vengeance terrible s’est alors abattue sur tous les talmudistes. Je trouvais que c’était un sujet très romanesque. Pour bâtir l’intrigue de ce thriller historique et policier je me suis inspirée d’un roman que j’aime beaucoup, Le Nom de la rose d’Umberto Eco, et des récits d’Alexandre Dumas. Ce sont des épopées époustouflantes qui nous plongent dans des aventures à la fois historiques, humaines et policières.

C’est un sujet historique complexe et exigeant. Quels sont les principaux écueils auxquels vous vous êtes heurtée au cours de l’écriture de ce roman?

J’ai mis beaucoup de temps à écrire ce livre. C’était très compliqué. Tout d’abord parce qu’il y avait énormément de documentation à consulter et de recherches à faire puisque l’histoire se déroule dans le Paris médiéval. Il y a beaucoup de quartiers: la cour des miracles, le quartier juif, le quartier des étudiants, le palais du roi Saint Louis… Il fallait retrouver la topographie du Paris des années 1200 et retracer l’histoire politique et sociale de cette époque. Une reconstitution historique, c’est toujours un exercice littéraire très complexe. Il faut être vrai et exact d’un point de vue historique. Il y avait aussi l’enquête talmudique, fort complexe, et tout le milieu des talmudistes à décrire. Je me suis inspirée du livre de l’historien américain Norman Golb qui a étudié exhaustivement la morphologie d’une école talmudique du Moyen Âge, appelée “La Maison sublime”, dont on a trouvé par hasard les vestiges à Rouen, il y a une vingtaine d’années, en creusant un terrain pour ériger un parking. On a retrouvé toutes les fondations de cette école talmudique. Norman Golb a mis en évidence la façon dont les talmudistes étudiaient au Moyen Âge. J’ai dû reconstituer l’atmosphère de l’époque, donner vie aux personnages, bâtir l’intrigue… Il y a aussi une histoire d’amour entre le jeune Éliezer Cohen, disciple du grand Rav Yéhiel, et la fille de ce dernier, Déborah. C’est une grande épopée.

L’instigateur de cette disputation sur le Talmud a été le roi Saint Louis, dont on continue à vanter les mérites et les vertus dans les livres d’histoire. Pourtant, vous rappelez que ce monarque foncièrement chrétien était un antisémite implacable.

On nous a toujours présenté Louis IX, devenu Saint Louis, comme un monarque généreux, altruiste et épris de justice. Or, c’est lui qui a été l’organisateur de la disputation de Paris, fomentée par Nicolas Donin, qui s’est soldée par vingt-quatre charretées du Talmud brûlées sur la place de Grève à Paris en présence des plus hauts représentants du clergé catholique. Le roi Saint Louis était un inquisiteur, un fanatique et un dogmatique. Durant son règne, une inquisition impitoyable s’est abattue sur les Juifs avec une répression terrible. Lors de cette disputation théologique, deux droits se sont opposés: le droit de l’Inquisition, fondé sur l’aveu, et le droit talmudique, discursif et contradictoire. Pour quelqu’un d’aussi dogmatique et fanatique que le roi Saint Louis, le Talmud était vraiment le livre à brûler.

Avant que n’éclate cette controverse autour du Talmud, la pensée juive connaissait un essor impressionnant en France.

Oui. C’était une époque florissante pour la pensée juive. Malgré les persécutions qu’elle subissait régulièrement, la communauté juive était dans un essor intellectuel inouï. Des maisons d’études sont créées à Paris et dans tous les petits villages du Nord de la France. Les Tossafistes, élèves de Rachi de Troyes, qui a écrit des commentaires talmudiques absolument extraordinaires, réinterprètent la Bible et le Talmud à la lumière des écrits de leur éminent maître. Mais, en 1240, l’autodafé du Talmud sur la place publique a mis fin à cet âge d’or et à l’époque glorieuse des Tossafistes. Beaucoup d’entre eux fuient la France pour s’établir sous des cieux encore cléments, particulièrement en Allemagne. Cette époque m’a beaucoup passionnée parce qu’elle était extrêmement érudite et intellectuellement très vivante. Fortement inspirés par l’enseignement de leur grand maître Rachi, des Rabbins discutaient et se disputaient ardemment dans l’esprit talmudique, basé sur la contradiction, qui met la pensée en mouvement.

Étonnamment, des Chrétiens étudiaient aussi le Talmud.

Oui. Des Chrétiens assistaient aussi aux cours de Talmud de Rachi. À cette époque, les échanges entre Chrétiens et Juifs étaient courants. C’est pour cela que le Talmud était dangereux pour les hauts représentants du catholicisme parce que les idées de liberté et antidogmatiques que ce livre saint véhicule étaient diffusées aussi dans les milieux chrétiens. C’est pourquoi le roi Saint Louis a voulu mettre fin à la pensée talmudique qui, à ses yeux, constituait un véritable danger. C’était une époque où Juifs et Chrétiens pouvaient étudier ensemble. Des années de grande effervescence intellectuelle qui ont pavé la voie à la Renaissance. Après cette période prometteuse, on a assisté au retour en force du dogme chrétien et des persécutions antisémites.

Éliette Abécassis.(Albin Michel Photo)

On se rend compte en lisant votre roman que la logique inhérente au Talmud permet aussi de résoudre des énigmes policières qui au premier abord paraissaient insolubles.

Tout à fait. Mon objectif était de dénouer une énigme criminelle, mais par le biais d’une enquête menée tambour battant par un maître du Talmud, Yéhiel, devenu Sir Vives de Meaux après avoir été anobli par le roi, et son disciple, Éliezer. La rationalité talmudique, ce n’est pas la logique policière, c’est-à-dire la logique de la rationalité classique, où on procède par déductions et éliminations à partir de preuves. La rationalité talmudique est basée sur une logique plurielle, où différents points de vue s’affrontent afin de résoudre un mystère. Donc, il y a plusieurs interprétations d’un meurtre. J’ai voulu mener cette enquête selon le raisonnement talmudique tout en suivant les règles des romans policiers.

Vous dédiez votre livre à votre père, Armand Abécassis, exégète réputé du Talmud et des écrits bibliques. C’est lui qui vous a initiée à l’étude du Talmud?

Oui. Ce livre est un hommage à mon père, Armand Abécassis, qui est vraiment un grand maître du Talmud. J’ai été élevée parmi les livres, la Bible et l’étude des écritures saintes. Mon père m’a transmis une vraie culture talmudique. Le personnage central de ce roman, Sir Vives, m’a été inspiré par mon père et sa façon d’enseigner le Talmud. Mon père a consacré sa vie à l’enseignement du Talmud. Il a une façon très spéciale d’enseigner le Talmud, en l’ouvrant aux sciences humaines, et vice-versa. C’est-à-dire avec une vision très philosophique du Talmud. Il faut rappeler que le Talmud est un livre de droit, mais aussi, et avant tout, un livre de philosophie.

“Le Maître du Talmud” est un roman en résonance avec des phénomènes hideux qui sévissent aussi à notre époque: la recrudescence de l’antisémitisme, le retour en force des intégrismes religieux… Souhaitiez-vous, par le biais de ce roman, nous mettre en garde contre ces phénomènes délétères qui menacent aujourd’hui nos sociétés?

Oui. C’est un roman qui a beaucoup de résonances actuelles. C’est vrai qu’aujourd’hui on assiste à un retour de l’antisémitisme dogmatique et de l’antisémitisme fanatique, qui émanent d’un antijudaïsme théologique. Au Moyen Âge, l’antisémitisme provenait aussi de l’interprétation des textes sacrés du christianisme. Il y a un écrit très célèbre de Pierre le Vénérable, penseur chrétien du XIIe siècle, intitulé “De l’obstination des Juifs”, qui véhicule l’idée que les Juifs sont des ennemis redoutables parce qu’ils ont tué le Christ et sont demeurés enferrés dans leur erreur. Ça, c’était une idée théologique. Aujourd’hui aussi, l’antisémitisme s’ancre dans une foi, en l’occurrence l’islam. L’antisémitisme est aussi le syndrome d’une maladie de société et des crises sociales que nous traversons.

En 2015, lors d’une entrevue que vous nous aviez accordée à l’occasion de la parution de votre livre “Alya”, vous nous aviez fait part de votre pessimisme quant à l’avenir des Juifs de France. Êtes-vous toujours aussi pessimiste?

Oui, je suis vraiment inquiète parce qu’en France l’antisémitisme continue à faire des ravages. On continue à tuer des enfants et des vieilles femmes tout simplement parce qu’ils sont Juifs. Le récent meurtre répugnant d’une octogénaire juive qui vivait seule, Mireille Knoll, m’a profondément bouleversée. C’est effrayant! On ne voit pas comment ce fléau va cesser. C’est comme une plaie qui se répand. C’est vrai que j’ai du mal à voir aujourd’hui un avenir pour les Juifs en France tellement la situation est préoccupante. Cette recrudescence de l’antisémitisme est aussi le signe d’une crise de la société française. En effet, après les meurtres commis dans une école israélite de Toulouse, il y a eu les attaques terroristes contre Charlie Hebdo, l’Hyper Casher, le Bataclan… Ce fléau s’est ensuite répandu dans toute la société française. Il est sorti du cadre de l’antisémitisme et est devenu l’affaire de tous les Français. Mais les récents meurtres commis par des djihadistes nous rappellent malheureusement que l’antisémitisme en France demeure une réalité bien vivace.