Home En Français À la mémoire du Professeur Jean-Charles Chebat

À la mémoire du Professeur Jean-Charles Chebat

2608
0
SHARE
Jean-Charles Chebat et son épouse, Claire Gélinas Chebat.

Universitaire québécois de renommée internationale, professeur émérite de l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC), leader communautaire impliqué bénévolement pendant de nombreuses années dans la communauté juive de Montréal, Jean-Charles Chebat est décédé le 21 mai dernier à Haïfa, en Israël, à l’âge de 74 ans.

Sioniste invétéré, il avait fait son Aliya en 2013 avec son épouse, Claire Gélinas Chebat, professeure émérite de linguistique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Jean-Charles Chebat avait derrière lui un parcours universitaire fort marquant.

Il a enseigné pendant vingt-six ans à la Faculté de gestion de l’UQAM et pendant dix-sept ans à HEC, où il a dirigé deux prestigieuses chaires d’études en marketing. Il a été le premier chercheur en gestion au Québec à recevoir la plus haute distinction décernée par la Société royale du Canada, institution dont il était membre élu depuis 1996: la médaille Sir John William Dawson. En 1997 et 2003, il a été le lauréat du grand prix de recherche de HEC Montréal : le prix Pierre-Laurin. En 2004, le gouvernement du Québec lui a octroyé le titre de Chevalier de l’Ordre national du Québec. Il a reçu, en 2011, le Marketing Trend Award, une marque de reconnaissance internationale pour l’ensemble de ses travaux dans le champ du marketing. En 2014, HEC lui a attribué l’une de ses plus hautes distinctions académiques: le prix Jean-Guertin pour l’Excellence pédagogique. En 2016, il a joint les rangs du très sélectif Hall of Fame de l’ESCP Europe, la première école de gestion au monde, fondée en 1819, sous Louis XVIII, par des entrepreneurs et des économistes libéraux.

“Jean-Charles Chebat est une sommité internationale dans son domaine académique. En provenance de tous les coins du monde, les lettres d’appui à sa candidature au prix Jean-Guertin reflètent bien l’étendue du rayonnement mondial de ce professeur ainsi que l’attachement que lui portent ses anciens étudiants et ses nombreux collaborateurs. Au cours de sa brillante carrière universitaire, qui s’est étalée sur près de 45 ans, le professeur Jean-Charles Chebat a marqué des générations d’étudiants et de chercheurs, notamment grâce à sa capacité à faire appel à différentes disciplines pour explorer de nouveaux domaines de recherche en marketing”, avait souligné la direction de HEC Montréal dans un communiqué de presse annonçant les noms des lauréats des prix d’Excellence 2013-2014 décernés par cette institution universitaire (cf. l’article publié dans l’édition du CJN du 21 février 2014).

LIRE AUSSI: L’ALIYA EST UN PROJET TRÈS POSITIF

Tout au long de sa brillante carrière universitaire, Jean-Charles Chebat a contribué notoirement à la formation de nombreux jeunes chercheurs qui se distinguent aujourd’hui dans leurs champs professionnels respectifs.

“Les anciens étudiants du professeur Jean-Charles Chebat ne tarissent pas d’éloges à son endroit. Ils le qualifient de mentor, de maître à penser, d’enseignant passionné et de pédagogue exceptionnel. Ces diplômés de HEC soulignent son dévouement absolu, sa capacité d’écoute, la rigueur de sa pensée, le caractère novateur de ses recherches, sa créativité et sa générosité. À cet égard, le professeur Jean-Charles Chebat a toujours cherché à introduire ses étudiants des cycles supérieurs dans les réseaux universitaires et de publication et a su cultiver des relations durables et enrichissantes avec eux”, avaient rappelé dans leur communiqué de presse les membres de la direction de HEC Montréal.

En 2013, Jean-Charles Chebat et son épouse, Claire, ont réalisé le rêve qu’ils caressaient depuis fort longtemps : leur montée en Eretz Israël.

“Nous ne partons pas nous établir en Israël parce que nous n’aimons pas le Canada et le Québec ou parce que nous avons peur de vivre dans la Diaspora. Notre Aliya, qui est le fruit d’une décision mûrement réfléchie, est un projet très positif et non un projet de fuite. Ça fait plus de vingt siècles que nous, Juifs, ne cessons de répéter : “L’année prochaine à Jérusalem”. Ma fratrie devait donc, tôt ou tard, exaucer ce vœu plusieurs fois millénaire”, nous avait confié Jean-Charles Chebat au cours d’une entrevue qu’il nous avait accordée quelques jours avant son départ définitif en Israël (cf. l’article publié dans l’édition du CJN du 23 août 2013).

En 2004, les époux Chebat ont créé, à l’Institut Technion de Haïfa, une bourse d’étude, qui porte leur nom, décernée depuis à des étudiants de maîtrise et de doctorat de la Faculté de management du Technion.

En Israël, les Chebat sont demeurés actifs dans leurs champs universitaires respectifs. Ils ont poursuivi leurs recherches académiques et continué à donner occasionnellement des cours dans diverses universités.

Jean-Charles Chebat laisse dans le deuil son épouse, Claire, son fils, Daniel, éminent chercheur en neurosciences à Jérusalem, et ses deux filles, Myriam et Élise.