Home En Français Hommage aux grands philanthropes sépharades

Hommage aux grands philanthropes sépharades

1285
0
De gauche à droite : Marc Kakon, Gloria Kakon, Jo Nezri, Betty Nezri, Magali Dadoun et Michael Dadoun (Fédération CJA photo)

Les philanthropes sépharades les plus généreux ont été honorés dernièrement par la Campagne de la Philanthropie sépharade de l’Appel juif Unifié (AJU) de la Fédération CJA.

Cet hommage a eu lieu lors d’un cocktail dînatoire qui s’est tenu à l’hôtel Ritz Carlton.

L’objectif de “La soirée des grands philanthropes sépharades”:

-Remercier les 35 familles sépharades qui contribuent notoirement à la Campagne de l’AJU par un don de 18 000 $ ou plus.

-Honorer la famille de Jo et Betty Nezri pour sa générosité et son engagement communautaire remarquables.

-Rendre hommage à des familles qui ont augmenté cette année leur don à l’AJU.

-Honorer de nouvelles familles qui viennent de joindre le cercle des grands philanthropes sépharades.

-Souligner l’implication grandissante des familles philanthropes sépharades au sein de la Campagne annuelle de l’AJU.

De gauche à droite : Michael Dadoun, Jo Nezri, Betty Nezri, Patrick Essiminy et la Dre Guila Delouya (Fédération CJA photo)

Gail Adelson-Marcovitz, la nouvelle présidente de la Fédération CJA, a rendu hommage aux familles philanthropes sépharades qui soutiennent généreusement la Campagne de l’AJU.

“Votre présence ici ce soir témoigne de votre attachement à la communauté juive montréalaise et à la Fédération CJA, dont la Division de la philanthropie sépharade fait partie. La philanthropie sépharade est la preuve manifeste de votre engagement à long terme dans une cause très noble: aider les familles et les personnes les plus nécessiteuses de notre communauté.”

Pour Gail Adelson-Marcovitz, la communauté juive de Montréal a connu d’importantes mutations ces dernières années.

“Le monde juif montréalais dans lequel j’ai grandi était très différent de la communauté qui existe aujourd’hui. Désormais, celle-ci est beaucoup plus diverse. Cette diversité est notre plus grand actif. Si nous voulons évoluer, nous avons l’obligation de reconnaître et de répondre concrètement à cette nouvelle réalité. Ce soir, je vois autour de moi des leaders dotés d’une vision qui croient résolument en la vitalité de notre communauté. Des leaders qui sont une source d’inspiration et qui se distinguent par leur engagement durable et leur dévouement inconditionnel afin d’assurer à notre communauté un avenir sécuritaire. Je tiens à vous remercier du fond de mon cœur pour votre rôle modèle.”

La famille de Jo et Betty Nezri (Fédération CJA photo)

Marc Kakon, président de la Campagne générale de l’AJU 2019, a insisté sur le rôle important que les philanthropes sépharades jouent dans la Campagne de l’AJU.

“Vous, membres de la grande famille philanthrope sépharade de Montréal, projetez une image forte. Celle d’une communauté où nous sommes tous responsables les uns des autres et où la philanthropie est une valeur de premier plan qui s’enseigne par l’exemple. Comme l’a fait remarquer Gail Adelson-Marcovitz, en effet, rares sont les philanthropes qui n’ont pas suivi l’exemple de leurs parents et qui ne sont pas impatients de passer le relais à leurs enfants. Vous renforcez le principe du Hessed, qui veut qu’une communauté respecte les plus démunis. Vous pérennisez nos valeurs et partagez vos connaissances professionnelles pour que notre communauté soit en mesure de relever les défis que nous lance le monde actuel. En plus, vous assurez que notre communauté vive, aujourd’hui et demain, son judaïsme dans la dignité et en toute sécurité. Merci de votre engagement.”

LIRE AUSSI: MARC KAKON, PRÉSIDENT DE LA CAMPAGNE GÉNÉRALE DE L’AJU

Un philanthrope remarquable, Jo Nezri, a expliqué les raisons qui motivent sa famille à appuyer vigoureusement chaque année la Campagne de l’AJU.

“Le thème de la Campagne de l’AJU 2019, “Assurons notre avenir”, donne raison à notre conversation, car n’est-ce pas à partir du passé que l’on bâtit l’avenir ?Aujourd’hui, nous nous trouvons devant un rideau, celui des donateurs. Et nous y occupons une place privilégiée. Mais derrière ce rideau, il y a des inconnus, des gens qui reçoivent de l’aide et qui ont besoin de nous. Ce qui a aussi été mon cas dans le passé.”

Jo Nezri n’a jamais oublié que lui aussi a été un immigrant qui a bénéficié de l’aide que lui a prodiguée la communauté institutionnelle juive de Montréal.

“À mon arrivée à Montréal, le 6 juin 1972, j’étais comme ces personnes, derrière le rideau. Toutes les semaines, je recevais un certain montant d’argent d’une organisation, que vous connaissez sans doute, qui s’appelait la JIAS. C’est ainsi que j’ai commencé ma vie au Canada. À aucun moment, je ne me suis senti seul. En tant que Juif, j’ai eu accès à une communauté forte et bien structurée. J’ai bénéficié d’un réseau d’organismes juifs affiliés et soutenus par la Fédération CJA. Ces organismes existaient quand je suis arrivé au Canada, il y a 47 ans. Ils existent encore. Au cœur de ces organismes, on retrouve des dirigeants, des bénévoles et des donateurs qui se mettent au service des personnes dans le besoin, comme je l’étais à mon arrivée au Canada.”

De gauche à droite : Michael Dadoun, Raisa Afilalo, Armand Afilalo et la Dre Guila Delouya lors de la remise d’un prix à la famille Afilalo (Fédération CJA photo)

Pour Jo Nezri, la philanthropie est “une valeur extraordinaire” qui fait partie du patrimoine du peuple juif.

“Cette valeur nous rappelle que nous avons la responsabilité de nous préoccuper du bien-être de ceux qui nous entourent. Nous avons hérité de cette valeur, que nous devons préserver et, surtout, transmettre. Et si les membres de ma famille sont avec moi ici ce soir, c’est qu’eux aussi deviendront à leur tour des agents de transmission. Pour moi, la philanthropie est une obligation morale car personne ne nous l’impose, à part notre conscience et notre héritage. Ce n’est pas facile d’être Juif, que l’on soit devant ou derrière le rideau. Mais notre force nous vient de ce sentiment d’unité et de solidarité que nous ressentons au sein de notre communauté.”

Michael Brownstein, un proche ami de la famille de Jo et Betty Nezri, et les enfants de ces derniers ont pris aussi la parole au cours de la soirée. Lors de leurs interventions, ils ont mis l’emphase sur le sens de la famille et de l’entraide.

Cette soirée a été animée par Patrick Essiminy, président sortant de la Campagne de la Philanthropie sépharade de l’AJU, Michael Dadoun, président de la Campagne de la Philanthropie sépharade de l’AJU 2019, et la Dre Guila Delouya, présidente élue de la Campagne de la Philanthropie sépharade 2020.

Share and enjoy !