Home En Français Tensions Iran-États-Unis: vers un embrasement du Moyen-Orient?

Tensions Iran-États-Unis: vers un embrasement du Moyen-Orient?

1716
0
Meir Masri

Quelles seront les conséquences pour Israël et le Moyen-Orient du nouveau bras de fer opposant les États-Unis et la République islamique d’Iran?

Nous avons posé la question à l’un des meilleurs spécialistes israéliens des questions géopolitiques moyen-orientales, Meir Masri.

Docteur en géopolitique de l’Université Paris 8 et maître de conférences à l’Université hébraïque de Jérusalem, Meir Masri est consultant pour les affaires du Moyen-Orient auprès de plusieurs organismes internationaux et israéliens. Ce parfait arabisant est aussi analyste des questions géopolitiques moyen-orientales et internationales pour la chaîne d’information en continu israélienne i24NEWS.

Après l’assassinat du général Ghassem Soleimani par les forces armées américaines, l’Iran a menacé de représailles les États-Unis et ses plus proches alliés au Moyen-Orient, particulièrement Israël. Le gouvernement de Téhéran semble avoir adopté depuis un ton moins belliqueux. Le scénario d’une confrontation militaire entre l’Iran et les États-Unis serait-il de moins en moins plausible?

Honnêtement, je n’ai jamais cru à une telle hypothèse. Tout d’abord, rappelons les faits. L’élimination de ce triste individu fut en soi une riposte à un long feuilleton d’agressions iraniennes contre des cibles civiles américaines et arabes dans la région, dont l’attaque contre l’ambassade des États-Unis le 31 décembre 2019 fut l’un des épisodes. Par ailleurs, en avril 2019, Washington avait placé les Gardiens de la révolution islamique sur sa liste des organisations terroristes. Dans ce contexte, la neutralisation de Soleimani était une réponse logique au comportement du régime iranien.

Quant aux menaces iraniennes, elles s’inscrivent dans le sillage de la rhétorique traditionnelle d’un régime aux abois qui cherche à sauver la face après avoir encaissé un coup sévère. Mais il me paraît évident que ce régime n’a pas intérêt à provoquer l’escalade, tout simplement parce qu’il ne serait pas en mesure de survivre à une confrontation militaire directe avec les États-Unis.

L’armée iranienne a-t-elle la capacité de frapper avec force et efficacité les sites stratégiques américains situés dans diverses régions du Moyen-Orient?

Tout d’abord, il faut comprendre que le régime en place en Iran ne dispose que d’une armée régulière symbolique et précaire. Par exemple, et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il ne dispose pas d’une armée de l’air. Sa flotte aérienne militaire date des années 1970. À l’issue de la Révolution iranienne et du coup de force islamiste qui s’en est suivi, l’ayatollah Khomeini s’est beaucoup méfié de l’armée du Chah Pahlavi. De plus, le régime iranien demeure sous le coup d’importantes sanctions en matière d’armement. En réalité, pour se sanctuariser, le régime des ayatollahs a édifié tout un système de défense parallèle, en dehors du cadre légal de l’armée nationale, qui s’appuie essentiellement sur une milice classée sur la liste des organisations terroristes de la moitié des pays du Moyen-Orient et de plusieurs nations occidentales: les Gardiens de la révolution islamique (les Pasdaran). Cette pseudo-armée ne peut en aucun cas faire face au dispositif militaire américain dans la région pour trois raisons:

-Premièrement: parce qu’elle ne dispose pas de moyens militaires suffisamment importants qui lui permettraient de s’opposer frontalement aux États-Unis. Les Pasdaran restent une milice avec des moyens et des capacités paramilitaires. Ils forment certes une importante organisation ayant une capacité de nuisance qu’il ne faut pas sous-estimer. Mais ils ne disposent pas d’une armée régulière en mesure de conquérir des territoires et de prendre des initiatives militaires déterminantes sur le terrain. De plus, l’économie iranienne étant exsangue, le pays ne pourra pas supporter une guerre de longue durée.

-Deuxièmement: parce que le régime iranien n’a pas d’alliés sur lesquels il pourrait réellement compter en cas de confrontation générale, mis à part le régime branlant de Bachar el-Assad et quelques groupes terroristes dont il est lui-même le parrain. La Russie a une vision très lucide et nuancée des enjeux géopolitiques au Moyen-Orient. Elle connaît et respecte les lignes rouges que le régime iranien ne doit pas franchir, et cela a pu être observé et testé en Syrie durant les trois dernières années.

-Troisièmement, c’est la raison la plus importante: parce que contrairement à ce que l’on peut lire dans des articles de presse, la présence américaine au Moyen-Orient est intense, continue et durable. Les Américains sont la seule puissance à disposer de porte-avions dans cette région où ils ont une soixantaine de bases militaires dans une quinzaine de pays. Sur les quinze États limitrophes à la République islamique d’Iran, c’est-à-dire les États avec lesquels l’Iran partage des frontières terrestres ou maritimes, quatorze sont militairement liés aux Américains d’une façon ou d’une autre : ont sur leur territoire des bases militaires américaines, ont signé des accords d’assistance militaire avec les États-Unis ou sont membres de l’OTAN. Ironie du sort, le seul voisin de l’Iran où les Américains ne sont pas présents est le seul pays non musulman parmi les quinze, la petite Arménie chrétienne. En fin de compte, l’Iran demeure un État paria dans le monde et dans la région moyen-orientale, où il est hermétiquement encerclé par les États-Unis.

Dans ces conditions, je pense qu’il faut être frappé de cécité pour croire qu’une quelconque victoire militaire iranienne contre les États-Unis soit possible. Autant le dire avec la plus grande clarté: le régime iranien ne parviendra jamais à acquérir l’arme suprême et ne sera jamais en mesure de forcer les Américains à quitter une région où ils sont structurellement et durablement implantés.

La stratégie iranienne semble avoir essuyé un sérieux revers depuis qu’un missile iranien a abattu un avion civil ukrainien. Un incident désastreux qui a suscité la colère d’une large partie de la population iranienne qui critique désormais avec véhémence les dirigeants au pouvoir à Téhéran. Quelles seront à plus long terme les conséquences de cette bourde énorme commise par l’armée iranienne?

Premièrement, ce n’est pas une bourde. C’est un crime. Deuxièmement, ce crime n’a pas été commis par l’armée iranienne, mais par une organisation terroriste appuyée par le régime iranien: les Gardiens de la révolution islamique. Cette milice a tiré un missile sur un avion civil, provoquant la mort de 176 passagers. Pendant trois jours, le régime iranien a cherché à nier toute implication dans le crash. Il n’a reconnu sa responsabilité qu’une fois la vérité dévoilée.

Dans un État normal, un crime de cette ampleur aurait au moins engagé la responsabilité morale du gouvernement. Naturellement, aucun dirigeant iranien n’a été démis de ses fonctions. Les citoyens iraniens qui sont descendus protester dans les rues contre cette négligence et les mensonges des trois premiers jours ont été réprimés d’une main de fer. Ce régime n’a aucun respect pour la vie humaine, y compris celle des Iraniens. Un jour, il paiera pour ses crimes, comme tous les autres totalitarismes. Je suis convaincu que ce n’est qu’une question de temps.

L’Iran poursuivra-t-il sa guerre contre Israël via ses alliés dans des pays limitrophes de l’État hébreu: le Hezbollah au Liban et les milices pro-iraniennes en Syrie?

Verbalement, oui. Militairement, je ne le pense pas. Il faut dire que nous sommes très loin de la situation d’avant 2006. Premièrement, l’ONU occupe le Sud-Liban, c’est-à-dire la zone tampon qui sépare la frontière israélo-libanaise du fleuve Litani, où la FINUL (Forces intérimaires des Nations unies au Liban) s’est installée à l’issue de la guerre de l’été 2006. Deuxièmement, le Hezbollah est aujourd’hui un soutien majeur pour le régime de Bachar el-Assad qui joue sa survie. Les Iraniens ne prendront jamais le risque de provoquer une campagne militaire israélienne dans ce contexte. Troisièmement, les Russes, qui contrôlent désormais l’espace aérien syrien, ne laisseront pas faire. Quatrièmement, l’armée israélienne, qui a connu une profonde restructuration depuis 2006, est aujourd’hui plus que jamais préparée à une confrontation de cette nature. Ouvrir un front dans le Nord serait donc suicidaire pour le régime iranien, sur tous les plans.

Un retrait des troupes américaines d’Irak constituerait-il un revers majeur pour Israël?

Les informations concernant l’imminence d’un retrait américain d’Irak ont été démenties par la Maison-Blanche. Suite à l’élimination de Soleimani, le Parlement irakien a en effet recommandé au gouvernement fédéral de Bagdad de demander aux États-Unis de retirer leurs troupes. Toutefois, trois éléments méritent d’être soulignés.

Premièrement: les recommandations du Parlement de Bagdad n’ont aucun effet contraignant sur le gouvernement irakien. Deuxièmement: le texte énonçant celles-ci indique clairement que le Parlement irakien souhaite le retrait des Américains, non pas par solidarité avec l’Iran, mais parce qu’il ne voudrait pas que l’Irak soit impliqué dans une future confrontation militaire entre Washington et Téhéran. Autrement dit, le Parlement irakien affirme clairement que dans l’hypothèse d’un conflit irano-américain, l’Irak ne devrait pas soutenir l’Iran. Troisièmement: le gouvernement irakien, qui avait lui-même fait appel aux Américains pour l’appuyer dans sa guerre contre le groupe État islamique, n’a pas exprimé sa volonté de voir les troupes américaines quitter son sol.

Quant à Israël, la seule menace iranienne susceptible de provenir de l’Irak consiste, à ce stade, à ce que Téhéran installe dans ce pays des bases de lancement de missiles balistiques. Pour faire face à cette menace, j’estime qu’Israël n’a pas nécessairement besoin que les Américains soient militairement présents en Irak.

Quelle est la position des Palestiniens face à ce nouveau conflit entre les États-Unis et l’Iran? Pencheront-ils plutôt du côté de Téhéran ou de Washington?

Contrairement à ce que peut laisser penser la rhétorique anti-américaine du président Mahmoud Abbas martelée au cours des deux dernières années, l’Autorité palestinienne ne peut qu’être dans le camp américain. Elle dépend financièrement et politiquement de pays arabes pro-américains opposés à l’Iran. Le régime iranien ne reconnaît même pas la légitimité de l’Autorité palestinienne. Il accuse d’ailleurs régulièrement les dirigeants de celle-ci de trahir la cause palestinienne. Il condamne les accords d’Oslo dont cette Autorité est l’émanation et il cherche en permanence à parrainer le Hamas et le Djihad islamique, ennemis jurés de Ramallah.

Certes, le Hamas est partiellement soutenu par le régime iranien. Mais il faut rappeler que ce groupe islamiste issu de la mouvance des Frères musulmans est boycotté par la communauté internationale. Par ailleurs, un blocus israélo-égyptien a été imposé à la bande de Gaza que le Hamas gouverne depuis 2007 dans l’illégalité la plus totale.

Seule l’Autorité palestinienne est donc apte à représenter le peuple palestinien sur le plan international et au sein de la Ligue arabe. Et de fait, celle-ci se trouve dans le giron américain.

Share and enjoy !