Home Other Communities En Français L’École Solomon Schechter célèbre la Francophonie

L’École Solomon Schechter célèbre la Francophonie

1116
0
SHARE
Des élèves de la 3e année en compagnie de leurs enseignantes. De gauche à droite: Shay Chokron, la professeure Esther Sebban (derrière), Liora Oiknine, Rebecca Singer, Karine Dery (derrière), Olivia Semana, Noam Ben-Gigi, Judith Dahan (derrière), Maya Manel, Eliora Zbily et la professeure Ruth Mamane (Anthony Davis Photo)

Tous les élèves, de la maternelle à la 6e année, de l’École Solomon Schechter ont participé à une exposition présentée dans la salle des fêtes de la Congrégation Shaare Zion. Cette institution scolaire a dédié deux journées aux multiples facettes de la Francophonie. Une célébration de la langue française qui avait pour thème “Le Français à l’unisson”.

“Cette exposition, mettant en valeur la diversité de la Francophonie, a permis à tous nos élèves, anglophones et francophones, de s’immerger de différentes manières dans l’apprentissage de la langue française: par le truchement de chansons, de compositions écrites, de poèmes, de dessins, de mets succulents… Leurs créations écrites, artistiques, musicales ou culinaires sont une preuve manifeste de leur amour pour la langue française. L’enseignement du français est prioritaire à l’École Solomon Schechter. Cette exposition nous rappelle que le français est un véhicule culturel extraordinaire qui se parle, se lit, se chante, se déguste, se porte… et qui nous fait découvrir un univers varié et fascinant: la Francophonie”, nous a dit Judith Dahan, directrice des études françaises à l’École Solomon Schechter.

Nicole Erlick (à gauche) et Olivia Lewis, élèves de la 3ème année, présentant leur livre. (Anthony Davis photo)

Les élèves de maternelle ont exploré le thème de l’hiver sous plusieurs angles — les sports d’hiver, les vêtements que l’on porte pour se protéger du froid, un paysage sous la neige… —, par le biais de chansons, de comptines, de dessins et de jeux qui les ont familiarisés avec des mots et des expressions de la langue française.

Les élèves de la 1ère année ont été conviés à découvrir la diversité culturelle au sein de la Francophonie par le truchement des us et coutumes de trois régions: l’Afrique, la Louisiane et la Martinique. En se documentant par le biais d’albums de géographie et d’histoire, de films et de photos, ils ont décelé les particularismes de ces territoires: leurs traditions, leur climat, leur flore, les animaux qui y vivent… Leurs découvertes ont fait l’objet d’une présentation orale et d’un travail écrit. Ce projet comportait aussi un volet artistique. Les élèves ont reconstitué un objet traditionnel de la région étudiée: un tableau inspiré par la savane africaine, les masques de carnaval de la Nouvelle-Orléans, le tissu antillais traditionnel, appelé madras, etc.

Les élèves de la 2e année ont conçu un livre de recettes savoureuses de différents pays de la Francophonie. Ils ont adapté celles-ci afin que les mets concoctés soient casher. Ce projet les a initiés au vocabulaire culinaire. Il y avait aussi un volet artistique: chaque classe a présenté le travail d’un artiste canadien francophone.

Les élèves de la 3e année ont écrit trois livres magnifiques, superbement illustrés avec leurs dessins, qui leur ont permis d’acquérir et de développer des compétences en rédaction et de mettre à l’épreuve leur capacité d’imagination.

Juliana Khayat, élève de la 3ème année, présentant le livre écrit par les étudiants de sa classe. (Anthony Davis photo)

La poésie était au cœur du projet réalisé par les élèves de la 4e année. Ils ont rédigé des poèmes sur la nature, la beauté des mots et le paysage magnifique d’un coucher ou d’un lever du soleil ou d’un clair de lune. Ils ont également peint à l’aquarelle une œuvre qui les a captivés.

Les élèves de la 5e année ont arboré la tenue d’agents de tourisme afin de nous faire découvrir les pays de la Francophonie. Pour mener à terme leur projet, ils ont étudié l’histoire, la culture et les traditions des pays de la Francophonie, qu’ils ont résumées dans une carte du monde et une brochure touristique conçues au moyen du logiciel Word/Publisher.

Les élèves de la 6e année ont rendu un bel hommage à des personnalités renommées des pays de la Francophonie, telles que le chanteur franco-arménien Charles Aznavour ou le joueur de tennis suisse Roger Federer, en retraçant leur parcours marquant et leurs accomplissements. Ils ont aussi créé les portraits de ces célébrités en utilisant diverses techniques forgées par trois artistes réputés : Roméro Britto, Andy Warhol et Lichtenstein.

Nous avons assisté au lancement des trois livres écrits par les élèves de la 3e année sous la supervision de leurs enseignantes, Méry Kadoch, Ruth Mamane et Esther Sebban. Ces écoliers ont aussi bénéficié des conseils judicieux que leur a prodigués Christiane Chevrette, ancienne professeure de français à l’École Solomon Schechter et écrivaine chevronnée ayant à son actif plusieurs romans jeunesse remarqués.

Dessins des élèves de la 3ème année présentés dans le cadre de l’exposition dédiée à la Francophonie. (Anthony Davis photo)

Danielle Grill et Karine Déry étaient respectivement en charge de la coloration des illustrations et de la mise en page.

Les élèves ont présenté à tour de rôle chacun des trois livres intitulés respectivement : Le voyage de Myriam, Les châteaux de la Francophonie et Nos rêves et nos passions.

“Ce projet d’écriture est vraiment un projet coup de cœur. C’est une démarche extraordinaire qui marquera pour toujours les élèves qui y ont participé. Ces trois livres magnifiques sont le fruit du travail d’une équipe très motivée. Vous serez émerveillés de la première à la dernière phrase. Nos élèves ont écrit trois livres complètement différents qui abordent le thème de la Francophonie de diverses façons. Nous vous présentons le premier livre écrit par votre enfant. Peut-être y en aura-t-il d’autres, on ne sait jamais. Nous avons peut-être créé aujourd’hui de futurs auteurs”, a dit Judith Dahan lors de sa présentation du projet.

La publication de ces trois livres a été rendue possible grâce au soutien du Centre Bronfman de l’éducation juive de la Fédération CJA.